Déco & design

On ralentit, on apprécie, on pense son chez-soi en Slow Design !

Le Slow Design, ultime rempart à nos achats frénétiques en matière de déco.

L’ère de la vie à 100 à l’heure nous engouffre tous les jours un peu plus. Surconsommation ambiante, jetable à tous les étages et rapport à la durée de vie des objets complètement faussée, voilà comment nous sommes poussés à acheter encore et encore en un battement de cil. Le marketing aujourd’hui encourage ce comportement d’acheteurs compulsifs et pressés; nous n’en avons même plus conscience. Déco, mode, alimentaire, high-tech, offres, promos, soldes privées, derniers modèles d’une gamme, on abreuve le consommateur de propositions. On crée chez lui de l’insatisfaction permanente, de la frustration, ce qui l’amène à vouloir acquérir l’inutile, le superflu; à trop consommer sans prendre le temps d’apprécier. Penser la vie du côté « Slow » c’est revoir ce modèle de consommation en revenant aux sources, en s’appuyant sur nos fondamentaux; l’authentique, la nature, le respect de soi, des autres, de sa terre, le partage ou la convivialité. Et si on pensait bien-être et écologie chez-soi, si on se laissait gagner par le mouvement du Slow Design ?

Qu’est-ce-que le Slow Design finalement ?

Quand on évoque la Slow Life, on parle de ralentir, de prendre le temps. En un mot, de retrouver une certaine simplicité en accédant à des bonheurs de tous les instants. Penser « slow » c’est apprécier ce qu’on a ou plutôt, prendre le temps d’apprécier ce qu’on a sans courir après ce qu’on n’a pas ! Il est facile de l’envisager quand on évoque le Slow Food, premier versant du mouvement slow né dans les années 80 pour contrer les dangers de la malbouffe. Plaisirs de la table, d’être ensemble en respectant le producteur et l’environnement caractérisent en 2018 cette révolution des plus douces.

Mais alors, le design peut-il s’évaluer en terme de temps ? De durée ? Dans les faits, non. En revanche, à l’instar du Feng Shui, le design peut être un moyen d’accéder à cet irrésistible sentiment de quiétude qui nous submerge si notre intérieur appelle à la sérénité. Le Slow Design contribue dès lors à arrêter le temps quand on est à la maison, dans un cocon. On se pose, on est bien, on profite, on apprécie. On en deviendrait presque contemplatif ! Une chose est sûre, on prend la mesure de tout ce qui nous fait courir toute la journée, parfois à tort. Un intérieur guidé par une dynamique de Slow Design, d’un point de vue strictement déco, change le regard que l’on porte sur son chez-soi et sur l’extérieur. Si l’on évoque sa démarche éco-responsable, on l’associe à de la matière recyclée et/ou recyclable ainsi qu’au choix des fabricants (on privilégiera l’artisanat à la grande distribution par respect pour les travailleurs). Pour bien faire on limite l’usage des matières premières; on rejette le moins possible de déchets polluants, on crée des produits résistants, qu’on ne sera pas obligé de changer à tout va.

Mais attention ! Le Slow Design n’est pas l’ennemi du beau ! Nombreux sont les designers tendance à proposer des créations en adéquation avec une démarche écologique et non-consumériste.

On fait rentrer le Slow Design à la maison !

En pratique c’est simple comme l’effet escompté. Si vous ressentez un net besoin de calme en rentrant à la maison, vous êtes mûr pour adopter le mouvement slow ! Il vous faudra juste accepter que le « rien » a du bon, accepter de mettre pause sur l’horloge de notre rythme effréné.

Concevoir son intérieur Slow Design, c’est acquérir uniquement ce qui est nécessaire au quotidien, ce qui n’est pas produit en grandes quantités, ce qui est utile. On peut tout à fait se faire plaisir avec une superbe esthétique tout en respectant l’humain et la planète. Choix des couleurs et matériaux vous y aideront. Le bois, la pierre, évoquent la pureté, l’essence même de la simplicité. C’est de la matière brute. On en use ! Niveau couleur, on table sur des tons épurés qui nous rappellent des éléments naturels apaisants. Les sols sont aussi très importants, on opte pour des matières ou tonalités hors du temps, inclassables.

On oriente tout ce qu’on peut vers l’extérieur afin de voir un brin de nature lorsque c’est possible. Pouvoir voir la nature, même en milieu urbain, c’est ne jamais perdre de vue qu’il faut la bichonner pour les générations à venir, qu’elle est mère de toutes nos ressources. Et puis, regarder du vert, des arbres, le ciel, c’est tout de même la source d’apaisement la plus efficace.

On passe en revue tout ce que l’on a déjà chez soi. Les objets peuvent avoir une deuxième vie, peuvent être détournés de leurs fonctions initiales pour trouver une autre utilité.

Vous l’aurez compris, vivre au rythme du slow, c’est redécouvrir l’essentiel en se passant du superflu, le tout guidé par une éthique respectueuse de l’Homme et l’environnement.

Écrire un commentaire

Une dose de conseils et d'astuces, tous les mois dans votre boîte mail !

Inscrivez-vous à la newsletter Knoxbox, et recevez tous les mois nos conseils déco, rangement, et bien plus !  ! 

Merci pour votre inscription, et à bientôt pour lire nos actualités dans votre boîte mail ! 

Powered byRapidology